On vous dit tout concernant le CELIAPP

Ceux qui l'utiliseront auront un avantage immense!

Gabriel St-Pierre

Avez-vous entendu parler du nouveau compte d’épargne libre d’impôt pour l’achat d’une première propriété (CELIAPP) ? 

Ça mange quoi en hiver ?

Toutes les règles ne sont pas encore connues, mais voici tout ce que vous devez savoir.  

Objectif  : un compte épargne pour aider les gens à obtenir plus facilement leur première maison.

Début : 2023

Il combine les avantages du CELI et du REER

Les cotisations dans le CELIAPP sont entièrement déductibles d’impôt. 

Exemple : Maude  gagne 60 000$ par année et elle contribuera le maximum annuel (8 000 $) en 2023. Son revenu imposable diminue à 52 000 $. Elle recevra donc un retour d’impôt de 2 969 $. Elle pourra ensuite réinvestir ce généreux montant dans son CELI, son  CELI APP ou REER, tout dépendant de la stratégie mise en place avec son conseiller. 

Contrairement au REER, au moment du retrait des sommes dans le CELIAPP pour l’achat de votre première maison, aucun impôt ne sera exigé. Contrairement au RAP, vous n’avez pas à remettre les sommes dans votre compte CELIAPP à la suite de l’achat de votre propriété.

Bingo !

Les avantages du CELI et du REER dans un seul compte!

Infos en rafale 

- Pour ouvrir le CELIAPP, on doit être un résident du Canada d’au moins 18 ans, 

- Cotisation maximale de 8000 $ par année, plafond de 40 000 $ à vie. 

- Les droits annuels ne sont pas cumulables, contrairement aux droits REER et CELI non utilisés. (Exemple : J’ai contribué 5 000$ en 2023 sur une possibilité de 8 000$. En 2024, j’ai un nouveau droit de 8 000 $ seulement et non 11 000$ (8k +3k)

- Vous ne devez pas avoir vécu dans une propriété vous appartenant dans l’année de l’ouverture du compte CELIAPP, ni dans les 4 années précédentes.

- La sortie libre d’impôt du CELIAPP n’est possible que si l’achat d’une première propriété se réalise dans les 15 ans suivant l’ouverture du compte.

- Admissible à  un retrait non imposable pour une seule propriété à vie.

-Il ne sera pas permis  d’effectuer à la fois un retrait du CELIAPP et un retrait au titre du RAP pour l’achat d’une même propriété

-Sans achat de propriété, il est possible de transférer les fonds d’un CELIAPP à un REER

Commentaire pertinent de Luc Godbout fiscaliste et professeur à l’université Sherbrooke

 REER, REEE, CELI ou CELIAPP en premier ?

Seuls les plus nantis pourront profiter de tous ces véhicules de placements, et les conseillers financiers ne tarderont assurément pas à élaborer des stratégies pour en faire profiter leurs clients au maximum. « On vient ajouter de la complexité dans les planifications »

Dans un prochain post nous regarderons quelques commentaires de spécialistes et des stratégies intéressantes.

Commentaire Daniel Laverdière A.S.A., Pl. Fin. Banque Nationale Gestion privée 1859

Déjà naissent certaines recommandations à la lumière des informations connues à la date du budget :

Un particulier de 20 ans sans épargne importante pourrait prioriser le CELIAPP avant le CELI et REER pour accumuler des sommes sur cinq ans, destinées à une mise de fonds pour l’achat d’une première propriété. Ainsi, il ne gruge aucunement les droits REER/CELI. Si aucun achat d’ici ses 35 ans, il pourrait simplement rouler le solde à son REER et payer les impôts au moment de son choix lors des retraits subséquents.

Voici le cas d’un jeune professionnel vivant confortablement dans un luxueux appartement de Montréal profitant du jet set de la ville. Il pourrait maximiser son REER, son CELI et maintenant son CELIAPP. Sans même avoir l’intention d’acheter une résidence, il roulera simplement son CELIAPP après 15 ans dans son REER déjà bien garni et le tout, avec de généreuses déductions fiscales. Un locataire très heureux.

Cet article a été écrit en partenariat avec La Vérité sur vos finances, un groupe de conseillers en sécurité financière ayant comme objectif l'éducation financière des Québécois et d'aider ceux qui cherchent à passer à l'action. Pour demander un appel avec eux, cliquez ici