Cette garderie pourrait fermer ses portes si elle ne reçoit pas de subventions de Québec

Plusieurs enfants pourraient maintenant être sans garderie.

Mon Fric
Mon Fric
Publié il y a 9 mois
Cette garderie pourrait fermer ses portes si elle ne reçoit pas de subventions de Québec
Adobe Stock

De nombreux parents sont toujours à la recherche d'une garderie pour s'occuper de leurs enfants lorsqu'ils travaillent. Un établissement du Plateau-Mont-Royal à Montréal pourrait de son côté être obligé de fermer définitivement, faute de moyens, rapporte Noovo Info

La garderie Les Petits Lauriers, située sur la rue Laurier Est à Montréal, nécessite une subvention de la part du gouvernement du Québec si elle veut rester ouverte. 

Afin de convaincre le gouvernement de bouger, une pétition a même été déposée à l'Assemblée nationale dans le but de convertir les places de la garderie en « places subventionnées ». Actuellement, 501 personnes l'ont déjà signée. 

« CONSIDÉRANT QUE la garderie Les Petits Lauriers, située à Montréal, est un milieu de vie extraordinaire qui accueille depuis plus de dix ans 80 enfants âgés de quelques mois à cinq ans;

CONSIDÉRANT QUE la garderie est implantée au cœur du quartier Petit Laurier et que, plus qu’un simple milieu de garde, elle est le pôle de la vie sociale et amicale du quartier;

CONSIDÉRANT QUE les familles ont confiance en leur garderie parce qu’ils y savent leurs enfants stimulés et en sécurité et qu’elle correspond à leurs valeurs d’une saine vie familiale de quartier, et qu’ils ne veulent pas changer leurs enfants de milieu;

CONSIDÉRANT QUE les enfants, qui arpentent chaque jour avec leurs éducatrices les trottoirs de l’avenue Laurier, connaissent les commerçants et les habitués et s’approprient leur quartier dès l’enfance;

CONSIDÉRANT QUE, matin et soir, les parents de 80 enfants passent par les commerces de l’avenue Laurier en allant reconduire et chercher leurs enfants, contribuant à la santé et à la vitalité du secteur et de son économie ultra-locale;

CONSIDÉRANT QUE la garderie ne peut concurrencer avec les CPE (tarif journalier, augmentation salariale significative des éducatrices, horaires de quatre jours, etc);

Nous, signataires, demandons au gouvernement du Québec que les 80 places de la garderie Les Petits Lauriers soient converties en places subventionnées afin que l’établissement puisse continuer à accueillir les enfants du quartier dans un cadre tout aussi dynamique avec un personnel qualifié et rémunéré équitablement », est-il écrit. 

Si jamais l'établissement ne recevait pas cet argent, il serait contraint de fermer ses portes. Les enfants qui le fréquentent viendraient ainsi augmenter la liste des 30 000 enfants déjà en attente d'une place. 

Source: Noovo