Christian Dubé envoie un message « particulier » aux Québécois

Le ministre de la Santé a fait une grosse annonce

Mon Fric

Alors que la semaine à venir s'annonce très importante pour le gouvernement Legault, Christian Dubé a adressé un message « particulier » aux Québécois dimanche après-midi.

C'est sur sa page Facebook que le ministre de la Santé a fait une grosse annonce.

« Je voulais vous adresser un mot particulier », écrit-il d'entrée de jeu.

« On me demande souvent si je suis découragé par les temps qui courent, je vous réponds toujours aussi fermement que non. La gestion du changement, ça prend du temps. Je suis toujours aussi convaincu que nous allons réussir à livrer notre plan santé, un succès à la fois », écrit Christian Dubé.

« Ce que nous avons entamé avec notre Plan santé, c’est un profond changement de culture pour notre réseau, mais c’est aussi un projet de société pour tous les Québécois. Collectivement, la pandémie nous a fait réaliser l’état du réseau et aujourd’hui, nous sommes plus que jamais convaincus des gestes nécessaires à poser pour que le Québec ait le réseau de santé qu’il mérite. Le changement ne repose pas seulement sur notre réseau et notre personnel, mais aussi sur notre vision collective des soins et services en santé », explique-t-il.

Crédit photo: Capture d'écran photo Instagram Christian Dubé

« C’est en misant sur nos succès et ce qui va bien que nous allons y arriver. Ce n’est pas en faisant ressortir ce qui ne va pas que nous allons rendre notre réseau attrayant. Bien entendu, il y a des choses qui vont moins bien, c’est certain et je le reconnais. Mais on ne peut pas toujours parler uniquement de ce qui va mal, on contribue à décourager ceux dont on a besoin et qui voudraient nous aider à réussir », poursuit-il.

« Je veux aussi rassurer tous ceux qui trouvent que c’est une tâche colossale : je ne suis pas seul pour réussir ce projet que nous avons pour les Québécois. Tout d’abord, plusieurs partenaires nous ont donné leur confiance depuis le dépôt du Plan de santé en mars dernier et rament déjà dans le même sens que nous. Je prends à titre d’exemple les médecins de famille qui ont relevé le défi de prendre en charge 500 000 Québécois de plus. La cible intérimaire du 30 septembre a été dépassée et celle du 31 décembre est sur la bonne voie. Ajoutons à cela, l’ouverture de cliniques IPS pour désengorger nos urgences sur l’Île-de-Montréal, qui est une des recommandations de la cellule de crise sur les urgences que nous avons mise en place il y a un mois », ajoute le ministre de la Santé.

« J’ai aussi le privilège de compter sur un premier ministre pour qui la santé est une priorité et qui nous appuiera pour réaliser nos engagements. Je pense, entre autres, à la mise en place de deux mini-hôpitaux privés pour désengorger les urgences et offrir une meilleure experience-patient. Pour ce faire, je pourrai compter sur l’appui du député Youri Chassin qui se concentrera sur la réalisation de cet engagement. Je peux aussi compter sur le ministre Lionel Carmant à qui le premier ministre a renouvelé sa confiance avec la responsabilité des services sociaux. Nous avons aussi maintenant une nouvelle ministre déléguée à la santé, Sonia Belanger, qui me soutiendra dans nos grands projets pour la santé et qui fera des soins à domicile et des enjeux de vieillissement de la population ses priorités. Ce sera par ailleurs Sonia Bélanger qui aura l’honneur de piloter le projet de loi sur l’aide médicale à mourir à l’Assemblée nationale, qui est si important pour notre société. En parallèle, nous aurons aussi Éric Caire qui pilotera le projet de loi que nous déposerons sur l’accessibilité aux données en santé, qui est tout aussi important pour la transformation et la modernisation de notre réseau », écrit-il.

« Comme ailleurs au Canada, nous faisons face à une pénurie de main-d’œuvre dans tous les secteurs d’activités. C’est pourquoi nous travaillons en collaboration avec mes collèques de l’Immigration, de l’Éducation, de l’Enseignement supérieur, de l’Emploi et de l’Habitation afin de coordonner nos efforts. Nous sommes déjà en action : nous avons déployé des formations accélérées et offert des bourses pour augmenter des cohortes dans les domaines de la santé, notamment pour les infirmières. Nous aurons aussi l’appui du Trésor pour le décloisonnement de plusieurs professions, comme nous l’avons fait lors la vaccination afin de mettre tous les professionnels de la santé à contribution », peut-on également lire.

« Vous voyez, le Plan santé, c’est tout le gouvernement qui s’y consacre. Et je ne voudrais pas oublier toute la collaboration que nous avons de la sous-ministre Madame Savoie et de son équipe », indique le ministre de la Santé.

« Le réseau de santé du Québec n’est pas le seul à subir les contrecoups des deux dernières années et demie de pandémie et du trio de virus qui sévit présentement partout dans le monde. Il faut donc travailler sur l’urgent, mais aussi sur l’important. C’est une question d’équilibre. Pour nous assurer de l’exécution du Plan santé, nous allons aussi continuer d’être transparents en publiant les indicateurs de performance du réseau, même si les nouvelles ne sont pas toujours bonnes. Les solutions pour améliorer le réseau étaient connues depuis longtemps, mais ça prend du courage, de la concertation et une prise de conscience collective, notamment du personnel du réseau, du ministère et des partenaires pour les mettre en place. Depuis que nous avons présenté le Plan santé aux Québécois, il s’est écoulé à peine 9 mois. Ce n’est pas le temps de se décourager. On avance résolument, avec détermination. On s’est engagés auprès de la population à rendre notre réseau de santé plus humain et plus performant et c’est ce que nous allons réaliser pour les Québécois. Nous allons rendre aux Québécois un réseau de santé dont ils seront fiers. Je vous en donne ma parole », écrit Christian Dubé.