Les choses ne regardent pas bien pour Réal Bouclin du Groupe Sélection

Tous les détails ici

Mon Fric

Un juge a décidé de confier le processus de redressement financier du Groupe Sélection au contrôleur du syndicat bancaire, rapporte La Presse.

Le juge Michel Pinsonnault en a décidé ainsi en constatant la désorganisation financière du groupe et l'absence de son président fondateur aux audiences sur l'avenir de l'entreprise. 

« Groupe Sélection est en désaccord avec de nombreux éléments de droit retenus dans les conclusions du jugement qui vont à l’encontre d’une restructuration financière efficace dans le contexte de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies », a réagi Réal Bouclin, président de Groupe Sélection, dans un communiqué publié lundi. Il compte d'ailleurs interjeter l'appel et demandé un sursis sur l'exécution du jugement. 

Groupe Sélection doit 272 millions de dollars au syndicat bancaire. Les deux veulent chacun contrôler le redressement financier à venir. Rappelons que c'est la semaine dernière que Groupe Sélection s'est placé à l'abri de ses créancier. 

Devant la somme de plusieurs centaines de millions de dollars que le groupe lui doit, le syndicat bancaire plaide la perte totale de confiance à l'endroit de l'entreprise. 

La justice a également choisi PricewaterhouseCoopers (PwC), après que le groupe se soit placé sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC). Le choix du contrôleur est habituellement proposé par l'entreprise en défaut de paiement et est généralement entériné par le tribunal. 

« Bref, des circonstances et le contexte fort particulier actuel constituent précisément une situation tout à fait exceptionnelle permettant à un créancier intéressé tel le Syndicat [bancaire] de formuler la Demande », a toutefois tranché le juge Pinsonnault dans sa décision consultée par La Presse.