Les familles avec des jeunes enfants plus vulnérables à l'inflation

Est-ce votre cas ?

Mon Fric

Si l'inflation fait mal à de nombreux Canadiens, les familles avec de jeunes enfants semblent particulièrement écoper de la situation, rapporte La Presse canadienne.

Une mère de famille, Carlyne St Jules, a témoigné des impacts de la hausse des prix sur son mode de vie. Ainsi, elle devra passer moins de vacances en famille étant donné le prix des chambres d'hôtel, notamment. « Tout ce qu'on trouve ici, c'est 300 $ et plus », a-t-elle déploré. 

« Pour faire le plein (…) pour venir ici, ça a coûté comme 89 $. J’ai une petite Kia à quatre portes », ajoute-t-elle. 

La jeune femme vit à New York avec ses trois jeunes enfants. Elle a décidé de leur faire visiter Montréal « pour qu’ils puissent voir mon ancien terrain de jeu — mais je ne sais pas combien de temps je vais traîner ici avec ces prix », dit cette ancienne résidente de la métropole québécoise. 

Mais elle n'est pas la seule mère de famille à s'inquiéter de la hausse des prix à l'épicerie et des activités parascolaires pour ses enfants. D'ailleurs, la dernière fois où l'inflation a été aussi galopante remonte à 1983.

Selon le chef de la direction de la Credit Counselling Society, Scott Hannah, les plus grosses dépenses des parents sont les hypothèques, les loyers et les prêts automobiles. 

Ces pertes financières « nuisent vraiment à beaucoup de Canadiens maintenant. Si vous avez une jeune famille, c’est la période la plus chère de votre vie », a-t-il expliqué à La Presse canadienne. 

Une autre famille a décidé de faire la chasse aux aubaines quand vient le temps de faire l'épicerie. « On le voit clairement à l’épicerie. Tout est plus cher que d'habitude », explique Samia Haliche à La Presse canadienne.