Les prix des loyers connaissent de fortes augmentations juste avant la possible récession

Plusieurs se retrouvent pris à la gorge.

Mon Fric

Alors que le Canada pourrait entrer en récession en 2023, le gouvernement dirigé par François Legault promet d'aider à la demande en matière de logements abordables à Montréal, rapporte Le Devoir. Et ce, dans un contexte où les prix des loyers ont déjà connu des hausses importantes depuis quelques années. 

Entre 2016 et 2021, les prix moyens ont augmenté de 19,7 % dans la région de Montréal. Ce taux grimpe à 29,2 % si on se base seulement sur les logements vacants, d'après un rapport publié mardi par l’Institut du Québec pour Centraide du Grand Montréal et la Fondation du Grand Montréal.

Le document précise que près du quart des Montréalais (24 %) paient plus que 30 % de leurs revenus en logement. Un Montréalais sur 10 consacre plus de la moitié de ses revenus pour payer son loyer. Parmi les plus vulnérables, on retrouve les employés à faible revenu, les familles monoparentales, les personnes âgées vivant seules et les résidents temporaires. 

« Ils sont pris dans des logements insalubres et souvent trop petits », et y restent, car les autres logements sont trop chers, observe Karel Mayrand, président-directeur général de la Fondation du Grand Montréal, en entretien au Devoir. 

« Nous sommes très conscients et on réalise que le logement abordable et le logement social sont importants pour Montréal. Donc, on va faire des annonces bientôt », a réagi le ministre responsable du Développement économique et de la Métropole, Pierre Fitzgibbon, en entrevue au Devoir. 

« Les familles plus vulnérables souffrent actuellement parce qu'on est en récession », a-t-il ajouté.

Il a précisé qu'une annonce serait faite « la semaine prochaine » avec la mairesse de Montréal, Valérie Plante, sans préciser la nature de cette annonce.