Près de 300 000 Québécois aux prises avec des problèmes concernant la PCU

Des centaines de millions de dollars versés en trop.

Mon Fric

Le gouvernement du Canada a versé de l'argent en trop durant la première vague de la pandémie à près de 300 000 Québécois, qui doivent toujours près de 500 000 $ en Prestation canadienne d'urgence (PCU), rapporte le Journal de Montréal

L'argent réclamé par Ottawa est celui des avances d'un mois de PCU au moment du lancement de la prestation au printemps 2020. Ainsi, le gouvernement versait deux mois de prestations en même temps, en ignorant si la personne retravaillerait ou non durant le deuxième mois. 

Une telle avance pouvait être de 2 000 $ et devait être remboursée au gouvernement si l'employé retrouvait son emploi. 

Depuis un an, Ottawa a commencé l'envoi « d'avis de dette » par le biais de Service Canada. Si le gouvernement a récupéré environ la moitié de l'argent réclamé, il reste encore 1,5 G$ à réclamer. 

Ainsi, environ 236 000 Québécois ont déjà remboursé l'argent. Mais 296 000 autres doivent un total de 440 millions de dollars. 

Les fraudes liées à la PCU ne sont pas comptabilisées dans cette somme. Ottawa n'a pas révélé le montant qui avait été remis aux fraudeurs. 

« Nous reconnaissons que cette période est très difficile pour de nombreuses personnes », fait savoir Mila Roy, une porte-parole du ministère de l’Emploi et du Développement social, au Journal de Montréal.

Ceux qui doivent rembourser peuvent contacter l'Agence de revenu du Canada (ARC) pour étaler les paiements dans le cadre d'une entente de remboursement.

« De plus, aucune pénalité ni aucun intérêt ne sera imputé sur le trop-payé de prestations d’urgence », précise le ministère. 

Durant la pandémie, 8,8 millions de Canada ont reçu la PCU, dont 1,8 million au Québec.