Une entreprise de Beauce qui embauche des adolescents leur donne une bourse à la fin de leurs études

Une bonne façon de les encourager à terminer leurs études

Mon Fric
Mon Fric
Publié il y a 11 mois
Une entreprise de Beauce qui embauche des adolescents leur donne une bourse à la fin de leurs études
Facebook

Une entreprise de Saint-Martin de Beauce a trouvé un bon moyen de pallier la pénurie de main-d'oeuvre et de garder ses jeunes employés à l'école en les motivant, rapporte le Journal de Québec.

Industries PF,, qui transforme du bois, a recruté une vingtaine d'adolescents âgés entre 14 et 17 ans. Afin de les garder à l'emploi, mais aussi de les empêcher de décrocher, l'entreprise a décidé de leur offrir des bourses à la fin de leurs études. 

Les jeunes n'ont pas un nombre minimal d'heures de travail à faire chaque semaine. D'ailleurs, durant les périodes plus intenses à l'école, les jeunes peuvent temporairement suspendre leur poste. D'ailleurs, chaque année, tous ses employés qui obtiennent leur diplôme de l'école secondaire du village reçoivent une bourse. 

« Notre priorité c’est vraiment la réussite scolaire des jeunes. Ça fait des années qu’on a une espèce de contrat social avec l’école », fait savoir Elizabeth Plante, directrice des ressources humaines de l’Industries PF, en entrevue au Journal de Québec. 

D'ailleurs, certains jeunes arrivent en plein milieu d'un quart de travail, étant donné les contraintes scolaires. « Certaines entreprises pourraient dire que ce n’est pas efficace côté production, mais c’est un sacrifice que l’on est prêt à faire. Dans le contexte actuel, ils sont nécessaires », ajoute Mme Plante.

Certains jeunes attendent d'avoir obtenu leur diplôme avant de travailler à temps plein.

« Je veux suivre un peu les traces de mes parents. Je vais terminer mon secondaire, mais je compte commencer à travailler à temps plein tout de suite après », a raconté au Journal de Québec le jeune Payton Poulin, 14 ans.

« C'est le fun parce que j'ai pas de pression. Les patrons sont flexibles avec les horaires et l'école », ajoute  de son côté Tristan Morissette, 14 ans, également au Journal de Québec.

« Et quand on a la chance d’avoir un impact sur la génération de demain, on serait fou de passer à côté! » poursuit-elle. 

Articles recommandés: