Une grande majorité de Québécois est favorable aux caisses libre-service.

Un sondage révèle que 80 % d'entre eux sont pour cette pratique.

Mon Fric

Un sondage mené par la société GetApp révèle que 80 % des Québécois ont un intérêt à magasiner et à passer à la caisse en libre-service, voire sans caisse du tout, rapporte l'Agence QMI

Ainsi, 46 % des répondants au Québec ont déclaré être « très intéressés » par le magasinage sans caisse et 34 % le sont également. Ils ne sont que 15 % à ne pas l'être vraiment, et 8 %, pas du tout. 

L'âge serait un facteur à considérer dans les résultats, puisque pas moins de 94 % des jeunes entre 18 et 25 ans sont intéressés par cette technologie. Ce chiffre baisse à 74 % pour les sondés entre 56 et 65 ans. 

Dans le reste du Canada, ce sont 96 % des répondants qui aimeraient essayer cette technologie.

Plus du tiers d'entre eux sont même prêts à se passer de caissier pour la totalité ou presque de leurs cours, si de telles technologies étaient disponibles partout. Le tiers des Canadiens y est favorable la moitié du temps, et 24 % préféreraient l'utiliser seulement de manière occasionnelle. Finalement 8 % des Canadiens ne magasineraient de la sorte qu'en cas d'urgence. 

Le Québec est plus élevé que la moyenne au pays, avec 39 % de gens qui se rendraient dans de telles épiceries pour la quasi-totalité de leurs achats. 

« [Les magasins avec caisse libre-service ou sans caisse] bouleversent la façon dont les clients font leurs achats dans les épiceries et les dépanneurs. Les clients peuvent soit numériser eux-mêmes leurs achats ou les placer directement dans leurs sacs et quitter le magasin. Le paiement peut s’effectuer à la caisse libre-service ou être réalisé automatiquement grâce à une application sur téléphone intelligent. Aisle 24 et Just Walk Out d’Amazon en sont deux exemples particuliers », a expliqué GetApp dans des propos repris par l'Agence QMI. 

Le principal avantage aux yeux des sondés ? Les files d'attente moins longues. Ils étaient 73 % des Canadiens à penser cela, et 81 % au Québec.

Néanmoins, 62 % des sondés s'inquiètent d'une possible réduction des emplois. Et parmi eux, 57 % désirent se passer de leur téléphone pour magasiner, 48 % ont peur des problèmes informatiques et 45 % ont déclaré ne pas maîtriser les technologies. 

L'enquête a été faite auprès de 1 063 Canadiens, incluant 136 Québécois.