Beaucoup de Québécois croient que les oeufs sont maintenant plus petits qu'avant

Toutefois, votre impression peut se comprendre..!

Maxime Albors
Maxime Albors
Publié il y a 13 jours
Beaucoup de Québécois croient que les oeufs sont maintenant plus petits qu'avant
Adobe Stock

Si vous croyez que vos oeufs sont plus petits qu’avant, vous faites erreur, rapporte Radio-Canada. Non, la réduflation ne touche pas les oeufs. Toutefois, votre impression peut se comprendre..!

La société d'État s'est entretenue avec Jean-Luc Turgeon, vice-président des ventes pour le groupe Burnbrae Farms, afin de mettre les choses au clair.

« La poule pond en premier des petits œufs et évolue vers des moyens, des gros et des extra gros vers la fin de son cycle de ponte », explique-t-il en précisant que les troupeaux sont changés « sur une base régulière » en automne (septembre) ainsi qu'au printemps (mars et avril).

« Cette perception que les œufs sont plus petits, et les commentaires des consommateurs, on les voit plus souvent en période de rotation de troupeau, mais ça demeure selon les règles », souligne-t-il.

« Dans les périodes de changements de troupeau, on a une injection soudaine de jeunes pondeuses, et on revient avec des œufs au début des catégories en plus grande quantité », indique Jean-Luc Turgeon.

Beaucoup de Québécois croient que les oeufs sont maintenant plus petits qu'avant
Crédit photo: Capture d'écran site web Fédération des producteurs d'oeufs du Québec

Sur son site web, la Fédération des producteurs d'oeufs du Québec explique que « le calibrage s’effectue en fonction du poids des œufs, et non leur grosseur. La plupart des œufs sont calibrés le jour même de leur arrivée au poste de classification ».

Sur la même page, on peut lire que « les œufs classés Canada A doivent porter la mention de l’un des calibres Jumbo, Extra gros, Gros, Moyen Petit ou Très petit ».

« On n’a pas un troupeau qui pond des œufs moyens, et c'est sa job pendant un an, et un autre troupeau qui pond des gros. Ce n’est pas comme ça que ça fonctionne », insiste Jean-Luc Turgeon.

Il est important pour lui que les gens comprennent que « les œufs, tranquillement, évoluent ». Il ajoute que « chez un producteur donné, il peut y avoir beaucoup de moyens, et un peu de gros. Et au fur et à mesure que les poules vieillissent, ça change ».

Source: Radio-Canada